Psaume V

Prete l’oreille à ma complainte, Seigneur Dieu :

Veuilles entendre le murmure de ma pensée.

Ma clameur ois, comme mon Roi, comme mon Dieu. Si te prierai.
De matin doncques ma voix, Sire, tu orras :

De matin doncques j’appretrai mon oraison

Toute vers toi, d’où regardant ma délivrance j’attendrais :
Si tu es Dieu à qui forfait ne plaira point :

Si la malfaiture chez toi ne se tient pas :

Si de tes yeux au devant point ne vïendront les étourdis :
Car en horreur tu les as-pris les abhorrant

Tous les ouvriers de vaine erreur : et détruiras

Les avanceurs de la mensonge qui menteurs bavent en vain.
Le détestant le Seigneur hait l’homme maudit,

Qui le sang cherche, et de trahison le métier fait.

Je me fie moi comme assuré de la grandeur de ta bonté :
M’en assurant à ta maison j’irai entrer :

De ce lieu saint t’adorant Dieu révéremment,

Et de ta crainte tout outré, les honneurs dûs je te rendrai.
De ta droiture, Seigneur Dieu, guide mes pas,

Que ne sois mis à la merci de mon haineux :

Et devant moi dresse toujours le chemin saint de ta bonté.
Nulle justice de sa bouche ne sourdra :

Le dedans d’eux, déloyautés : et le gosier,

Une ouverture de tombeau : et de leur langue flatteurs sont.
Désolés soient, saccagés soient : et Seigneur Dieu

Toute l’emprise qu’ils ont faite, défais-la.

Jette les entre le grand nombre de leurs fraudes et forfaits.
Jette-les, eux qui se sont pris à ta grandeur :

Et que tous ceux qui dévots espèrent en toi,

Réjouïs soient. Ils feront fête à jamais quand les abrîras.
Qui ta grandeur aiment, en toi se recréeront :

A l’homme entier ta faveur, Sire, tu donneras :

Et le bouclier de ta bonté le couvrant tout, le défendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.