Processions

I
Blanches processions, si blanches, si gothiques,

Dans ma Flandre natale, au temps des Fêtes-Dieu !

Blanches comme on en voit, sous un ciel calme et bleu

Emplir de leur lenteur les lointains des triptyques.
Si lentes, dans le bruit des cloches s’animant,

Le bruit des carillons et des cloches bénies

Qui semblaient tout au loin répondre aux litanies

Et mener le cortège au fond du firmament.
Si lentes à marcher sur les herbes coupées

Qui revivaient un peu sous le vent approchant

Des cantiques latins dont le grave plain-chant

Mélancolisait l’air avec ses mélopées.
Si lentes ! on voyait dans les beaux soirs tombants

Des étendards brodés de roses symboliques,

Et des chasses d’argent où dorment des reliques,

Et des agneaux pascals pavoisés de rubans.
Puis s’avançaient, parmi le frisson des bannières,

Tous les enfants de chœur, dans leur rouge attirail,

Aux cheveux de missel, aux robes de vitrail,

Comme dans un parfum d’indulgences plénières.
Des Madones, le cœur traversé de couteaux,

Avec leurs manteaux bleus, aux yeux de pierreries,

Émergeaient au milieu des longues théories

Et souriaient debout sur leurs grands piédestaux.
Des groupes recueillis de pâles orphelines,

Tristes, portaient des lis comme les âmes d’or

De leur parents défunts qui reviendraient encor

Pour frémir dans leurs mains dévotes et câlines.
Là, l’Église Souffrante en voiles violets !

Puis les martyrs chrétiens portant de grandes palmes

Avec les bienheureux du paradis si calmes

Qui glissent sous leurs doigts les grains des chapelets !
L’Église Triomphante est soudain apparue

En rose, tout en rose, en tulle rose et clair,

Couleur de renouveau fleuri, couleur de chair,

Comme un lever d’aurore incendiant la rue.
Puis voici les abbés en dalmatiques d’or,

Les chanoines songeurs dans leurs camails d’hermine,

Tout un cortège grave et lent qui s’achemine

Dans le silence doux du beau jour qui s’endort.
Et tout là-bas, parmi les bleuâtres traînées

Du liturgique encens qui parfumait le soir,

Devant le baldaquin où luisait l’ostensoir,

Les encensoirs volaient, mouettes enchaînées !
Et l’évêque, debout sur le peuple chrétien,

Crosse en main, mitre en tête, élargissait ses gestes,

Comme un semeur jetant, pour les moissons célestes,

Les graines du Seigneur dont il était gardien.
Les musiques, les bruits de clochettes, les Vierges

S’éloignaient lentement aux feux des chandeliers,

Comme si tout au loin de vagues escaliers

Les eussent entraînés par des rampes de cierges.
Et, dans l’éloignement, des lambeaux d’oraisons

Revenaient émouvoir les foules obsédées,

Et des adieux d’encens ou de fleurs décédées

Se traînaient dans le vent avec de bleus frissons !
II
Ainsi mon Âme ! ainsi mon Enfance perdue !

Mes amours, mes désirs avaient leurs reposoirs,

Leurs convois blancs marchant dans un bruit d’encensoirs

Et leur dais d’argent neuf pour la Vierge attendue.
Mais la procession n’a chanté qu’un moment

Et mon Âme n’a plus dans le noir de ses rues

Qu’une foule grouillante et d’absurdes cohues

De rêves qui s’en vont mélancoliquement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.