La jeune châtelaine

« Je vous défends, châtelaine,

De courir seule au grand bois.  »

M’y voici, tout hors d’haleine,

Et pour la seconde fois.

J’aurais manqué de courage

Dans ce long sentier perdu ;

Mais que j’en aime l’ombrage !

Mon seigneur l’a défendu.
« Je vous défends, belle mie.

Ce rondeau vif et moqueur.  »

Je n’étais pas endormie

Que je le savais par coeur.

Depuis ce jour je le chante ;

Pas un refrain n’est perdu :

Dieu ! que ce rondeau m’enchante !

Mon seigneur l’a défendu.
« Je vous défends sur mon page

De jamais lever les yeux. »

Et voilà que son image

Me suit, m’obsède en tous lieux.

Je l’entends qui, par mégarde,

Au bois s’est aussi perdu :

D’où vient que je le regarde ?

Mon seigneur l’a défendu.
Mon seigneur défend encore

Au pauvre enfant de parler ;

Et sa voix douce et sonore

Ne dit plus rien sans trembler.

Qu’il doit souffrir de se taire !

Pour causer quel temps perdu !

Mais, mon page, comment faire ?

Mon seigneur l’a défendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.