Artémis

L’âcre senteur des bois montant de toutes parts,

Chasseresse, a gonflé ta narine élargie,

Et, dans ta virginale et virile énergie,

Rejetant tes cheveux en arrière, tu pars !
Et du rugissement des rauques léopards

Jusqu’à la nuit tu fais retentir Ortygie,

Et bondis à travers la haletante orgie

Des grands chiens éventrés sur l’herbe rouge épars.
Et, bien plus, il te plaît, Déesse, que la ronce

Te morde et que la dent ou la griffe s’enfonce

Dans tes bras glorieux que le fer a vengés ;
Car ton coeur veut goûter cette douceur cruelle

De mêler, en tes jeux, une pourpre immortelle

Au sang horrible et noir des monstres égorgés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.