La Fin du Monde Antique

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Les montagnes s'éloignent ; elles deviennent éternelles. Le soleil porte son baiser du soir à la commissure des côtes : O Vierge, reçois à l'aisselle les

lèvres de ton ange préféré !
Un simple homme prend alors l'apparence d'un poète. Les feuilles d'un vieux tilleul, sous quoi il attendait en vain son amour, ceignent sa tête, mais les bleus passés de ses

cottes bien propres le désignent à ses voisins comme l'image d'un dieu exsangue qu'on voit dans la description de la Grèce.

Dominique Pagnier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.