Peu à peu les mensonges deviennent des mystères et le crucifix du fond du couloir se met à répondre à des insultes d'il y a deux mille ans.
Les filles tremblent à l'approche d'un maître vespéral parce qu'elles doutent de la poésie de leurs muqueuses. Une couleur froide domine leur sang, un bleu des campagnes de

Frise quand Mansfeld y faisait régner la misère.
Mère ne bouge plus dans son lit de peur de troubler en elle l'équilibre des liqueurs.
Au côté nord-est de l'église, la craie suinte de soudains portraits de donatrices. Elles portent leurs entrailles dans leurs mains comme des chapelles tremblantes.

Dominique Pagnier

Évaluations et critiques :

Misères
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x