Il fut un bruit, ô Marot, qu’étais mort

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Il fut un bruit, ô Marot, qu'étais mort,
Et ce faux bruit un menteur assura :
L'un d'un côté se plaignait de ta mort,
Faisant regret qui longuement dura ;
L'autre par vers piteux la déplora,
Jetant soupirs de dur gémissement.
Moi de grand deuil pleurant amèrement,
Duquel était ma triste âme saisie :
Las ! dis-je, mort est notre ami Clément,
Morte donc est française poésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres ouvrages de

Charles Gaucher De Sainte-Marthe