Petit Air

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Quelconque une solitude

Sans le cygne ni le quai

Mire sa désuétude

Au regard que j'abdiquai
Ici de la gloriole

Haute à ne la pas toucher

Dont maint ciel se bariole

Avec les ors de coucher
Mais langoureusement longe

Comme de blanc linge ôté

Tel fugace oiseau si plonge

Exultatrice à côté
Dans l'onde toi devenue

Ta jubilation nue.

Stéphane Mallarmé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.