Le Télégraphe Sous-Marin

J'ai toujours cru inadmissible la restriction que cherchent à imposer à la neige ceux qui se chargent de porter au monde sa parole

Parce que je sais que le cri de ce sel c'est le talisman de la montagne

Et qu'un jour l'homme s'épanouira pour devenir l'intelligence de la terre

Oui même l'homme avec ses cataractes c'est-à-dire celui qui se soucie si peu des nébuleuses dont les franges bouchent encore les barbacanes nuageuses du monde.

Et du soleil pour la dernière fois peut-être vaticinant sur le verre étamé de son tripode maritime

Rien ne me paraît plus admirable que cette gravure toute brune représentant plusieurs jeunes filles flottant les pieds nus dans un espace splendide au centre de la terre

Depuis je perçois au ciel les anges

Ils ne sont que de vastes vers avec dans l'éprouvette de leurs ventres des boules d'azur

Ils ne sont que des tubes translucides qui ondaient en se lovant par pointes et phalanges

Et autour d'Aldébaran les goules ces sacs rouges palpitent lentement autour de leurs sept cœurs pareils à des cadrans tachés de rouille

Mais entre toutes ces étoiles

Le vaste vampire blanc qui flotte sur l'Atlantique pour boire l'eau de la mer et la projeter dans l'espace se suspend aux ailes de l'équation sous les mêmes auspices que ces deux
Peaux-Rouges aux visages d'obsidienne aux paupières rongées par les climats qui se tiennent au bord du désert pour contempler les phantasmes du néant

Parce que je sais que toujours le verre brûlant grandit dans son repaire de montagnes

Mais bien que je sois souvent tenté au milieu des jardins suspendus de Babylone

Réunis comme en un souffle d'extase par le reflet sournois et amer de l'agate

Qui s'éloigne sans cesse entre les mains des femmes

Bien que je sois souvent tenté donc d'éteindre les rires de ce monde parmi les hippocampes délicieux à fleur d'eau se révélant dans les cercles concentriques de la
belle-de-jour (volubilis imaginaire enroulé avec grâce autour d'un poignet si net)

Bien que parfois le grand personnage innommable signe des étoiles noires et sceau inamovible du lacéra-teur bufaniforme promette de relâcher son contrôle et de permettre
à quiconque de justifier le diadème aux pierreries d'encre par lequel il s'est imposé aux vendeurs d'antimoine

Préposés aux portes des palais en jaquettes pivert

Je laisserai couler par le sablier de verre la buée qui se ramasse si souvent aux vitres de ces villes

D'ailleurs l'argus à queue de nacre plane au-dessus des nêlombos

Ses pattes flétries sous les coups répétés de leur parfum

Qui sait je pense qu'il est parent du soleil

Puisqu'il s'échappe si facilement des nasses où se

terre le dernier narval sélénite parmi toutes les noc-

tules vigilantes la tête en bas l'aile gauche déjà à moitié

dépliée

Pour éparpiller ainsi qu'un arrosoir magnétique sur

le gazon le museau spectral du mandrill

Et c'est ainsi dit-on

Que fleurit le pied-de-loup dont la poudre sait si bien simuler l'éclair

0
Autres ouvrages de

Charles Duits

Évaluations et critiques :

Le Télégraphe Sous-Marin
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x