Sonnerie

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Le silence piétiné sous-entendu

Lance coup sur coup la nuit

Sur le tambour plus grand que la ruse

Du soir la risée des rivières
Dussè-je escalader la pente
Ailée l'immortelle glacière
Lassée d'ignorer l'aisance
L'ancienne literie d'ombre
Bourreau à royale effronterie
Abroge le dialogue du soleil et des îles lunaires
À brûler j'excelle baisers
Et la forêt et la mer en main
12 octobre 1950

César Moro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.