Dimanches (Ô Dimanches bannis)

Ô Dimanches bannis

De l’Infini

Au-delà du microscope et du télescope,

Seuil nuptial où la chair s’affale en syncope…
Dimanches citoyens

Bien quotidiens

De cette école à vieux cancans, la vieille Europe,

Où l’on toue, s’en tricotant des amours myopes…
Oh! tout Lois sans appel,

Je sais, ce Ciel,

Et non un brave toit de famille, un bon dôme

Où s’en viennent mourir, très-appréciés, nos psaumes!
C’est fort beau comme fond

À certains fronts,

Des Lois! et pas de plus bleue matière à diplômes…

- Mais, c’est pas les Lois qui fait le bonheur, hein, l’homme ?

Évaluations et critiques :

Dimanches (Ô Dimanches bannis)
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x