A Marthe et Robert

J’ai tenté l’impossible en vain

Mais il était trop tard quand je suis venu

Il n’y avait plus rien

Il n’y avait plus qu’un bruit de vent comme un

Passage

Un claquement sec des plaintes des paroles

Etouffées

Il n’y avait plus qu’une vibrante solitude

Un frénétique envoûtement de gestes

Et le vide qui précède une invisible présence
Je suis resté dans ma stupeur pour écouter le

bruit du vent

Évaluations et critiques :

A Marthe et Robert
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x