Sous un nuage frais de claire mousseline,

Tous les dimanches au matin,

Tu venais à la ville en manchy de rotin,

Par les rampes de la colline.
La cloche de l’église alertement tintait

Le vent de mer berçait les cannes

Comme une grêle d’or, aux pointes des savanes,

Le feu du soleil crépitait…
Et tandis que ton pied, sorti de la babouche,

Pendait, rose, au bord du manchy,

A l’ombre des Bois-Noirs touffus et du Letchi

Aux fruits moins pourprés que ta bouche ;
Tandis qu’un papillon, les deux ailes en fleur,

Teinté d’azur et d’écarlate,

Se posait par instants sur ta peau délicate

En y laissant de sa couleur ;
On voyait, au travers du rideau de batiste,

Tes boucles dorer l’oreiller,

Et, sous leurs cils mi-clos, feignant de sommeiller,

Tes beaux yeux de sombre améthyste.
Tu t’en venais ainsi, par les matins si doux,

De la montagne à la grand’messe,

Dans ta grâce naïve et ta rose jeunesse,

Au pas rythmé de tes Hindous.
Maintenant, dans le sable aride de nos grèves,

Sous les chiendents, au bruit des mers,

Tu reposes parmi les morts qui me sont chers,

Ô charme de mes premiers rêves !

Évaluations et critiques :

Le manchy
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre voix compte! Partagez votre opinion sur ce poème et faites-nous part de vos impressions.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x