Royalement, peut-être en vain

Royalement, — peut-être en vain, —

Car, hélas ! à l’heure qu’il est

J’ignore encor ce qui te plait,

Je t’ai fait des cadeaux divins !
Sans que tu puisses t’en douter,

Et comme un jardin pour les dieux,

Mon cœur te situe au milieu

De tous mes immortels étés.
Et cependant que sous ton toit

Tu ne rêves peut-être à rien,

Je vois d’un œil aérien

Ce grand ciel que j’ai mis sur toi…

Évaluations et critiques :

Royalement, peut-être en vain
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des pensées sur ce poème? Partagez-les et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x