Qu’une vague l’emporte

La marée, en dormant, prolonge un souffle égal,

L’âme des conques flotte et bruit sur les rives…

Tout m’est hostile, et ma jeunesse me fait mal.

Je suis lasse d’aimer les formes fugitives.

Debout, je prends mon cœur où l’amour fut hier

Si puissant, et voici : je le jette à la mer.
Qu’une vague légère et dansante l’emporte,

Que la mer l’associe à son profond travail

Et l’entraîne à son gré, comme une chose morte,

Qu’un remous le suspende aux branches de corail,

Que le vouloir des vents contraires le soulève

Et qu’il roule, parmi les galets, sur la grève.
Qu’il hésite et qu’il flotte, un soir, emprisonné

Par la longue chevelure des algues blondes,

Que le songe de l’eau calme lui soit donné

Dans le fallacieux crépuscule des ondes…

Et que mon cœur, soumis enfin, tranquille et doux,

Obéisse au vouloir du vent et des remous.
Je le jette à la mer, comme l’anneau des Doges,

L’anneau d’or que les flots oublieux ont terni,

Et qui tomba, parmi les chants et les éloges,

Dans le bleu transparent, dans le vert infini…

L’heure est vaste, les morts charmantes sont en elles,

Et je donne mon cœur à la mer éternelle.

Évaluations et critiques :

Qu’une vague l’emporte
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Aidez les autres à explorer le monde de la poésie et partagez votre opinion sur ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x