Chenavard, que le spleen étripe,

De dégoût laisse choir sa lippe

Sur son nombril ;

Pour peu que plus bas elle arrive,

Il mêlera foutre et salive

Dans son pénil.

Évaluations et critiques :

Accablement
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre opinion compte! Partagez-la et dites-nous ce que vous pensez de ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x