Ce n’est pas vous, non, madame, que j’aime,

Ni vous non plus, Juliette, ni vous,

Ophélia, ni Béatrix, ni même

Laure la blonde, avec ses grands yeux doux.
Celle que j’aime, à présent, est en Chine ;

Elle demeure, avec ses vieux parents,

Dans une tour de porcelaine fine,

Au fleuve jaune, où sont les cormorans ;
Elle a des yeux retroussés vers les tempes,

Un pied petit, à tenir dans la main,

Le teint plus clair que le cuivre des lampes,

Les ongles longs et rougis de carmin ;
Par son treillis elle passe sa tête,

Que l’hirondelle, en volant, vient toucher,

Et, chaque soir, aussi bien qu’un poète,

Chante le saule et la fleur du pêcher.

Évaluations et critiques :

Chinoiserie
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez lu ce poème. Votre opinion compte! Laissez-nous savoir ce que vous en pensez.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x