Le squelette

Deux reîtres saouls, courant les champs, virent parmi

La fange d’un fossé profond, une carcasse

Humaine dont la faim torve d’un loup fugace

Venait de disloquer l’ossature à demi.
La tète, intacte, avait un rictus ennemi

Qui nous attriste, nous énerve et nous agace.

Or, peu mystiques, nos capitaines Fracasse

Songèrent (John Falstaff lui-même en eût frémi)
Qu’ils avaient bu, que tout vin bu filtre et s’égoutte,

Et qu’en outre ce mort avec son chef béant

Ne serait pas fâché de boire aussi, sans doute.
Mais comme il ne faut pas insulter au Néant,

Le squelette s’étant dressé sur son séant

Fit signe qu’ils pouvaient continuer leur route.

Évaluations et critiques :

Le squelette
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des pensées sur ce poème? Partagez-les et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x