C’estoit alors, quand, les chaleurs passees

C’estoit alors, quand, les chaleurs passees,

Le sale Automne aux cuves va foulant

Le raisin gras dessoubz le pied coulant,

Que mes douleurs furent encommencees.
Le paisan bat ses gerbes amassees,

Et aux caveaux ses bouillans muis roulant,

Et des fruictiers son automne croulant,

Se vange lors des peines advancées.
Seroit ce point un presage donné

Que mon espoir est desjà moissonné ?

Non certes, non ! Mais pour certain je pense,
J’auray, si bien à deviner j’entends,

Si l’on peult rien prognostiquer du temps,

Quelque grand fruict de ma longue esperance.

Évaluations et critiques :

C’estoit alors, quand, les chaleurs passees
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre opinion et dites-nous ce que vous pensez de ce poème. Montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x