Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux

Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux ?

Jamais ne lira-t-on que cette Idalienne ?

Ne verra-t-on jamais Mars sans la Cyprienne ?

Jamais ne verra-t-on que Ronsard amoureux ?
Retistra-t-on toujours, d’un tour laborieux,

Cette toile, argument d’une si longue peine ?

Reverra-t-on toujours Oreste sur la scène?

Sera toujours Roland par amour furieux ?
Ton Francus, cependant, a beau hausser les voiles,

Dresser le gouvernail, épier les étoiles,

Pour aller où il dût être ancré désormais :
Il a le vent à gré, il est en équipage,

Il est encor pourtant sur le troyen rivage,

Aussi crois-je, Ronsard, qu’il n’en partit jamais.

Évaluations et critiques :

Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous êtes un poète inspiré? Laissez-nous vous entendre et donnez votre avis sur ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x