Le vent frais de l’aurore agite les lilas.

Néère, nue et blanche, et riant aux éclats,

Du bout d’un pied de neige, au bord de la rivière,

Agace le cristal de l’onde familière,

Cependant que, non loin, guettant l’âge nouveau,

Le satyre suspend son haleine au pipeau ;

Et l’enfant que sa grâce innocente décore,

Ignorante des mois, dans sa chair pure encore,

Prend le gâteau de miel du satyre rusé,

Qui prolonge en échange un étrange baiser.

Évaluations et critiques :

Néère
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre avis compte! Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème et montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x