À l’Etna

Sicelides Musæ, paulo majora canamus.

(Virgile.)
Etna – j’ai monté le Vésuve…

Le Vésuve a beaucoup baissé :

J’étais plus chaud que son effluve,

Plus que sa crête hérissé…
– Toi que l’on compare à la femme…

– Pourquoi ? – Pour ton âge ? ou ton âme

De caillou cuit ?… – Ça fait rêver…

– Et tu t’en fais rire à crever ! –
– Tu ris jaune et tousses : sans doute,

Crachant un vieil amour malsain ;

La lave coule sous la croûte

De ton vieux cancer au sein.
– Couchons ensemble, Camarade !

Là – mon flanc sur ton flanc malade :

Nous sommes frères, par Vénus,

Volcan !…

Un peu moins… un peu plus…
Palerme. – Août.

Évaluations et critiques :

À l’Etna
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre avis est important! Que pensez-vous de ce poème? Partagez-le avec nous!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x