La Rivière de Cassis

La Rivière de Cassis roule ignorée

En des vaux étranges :

La voix de cent corbeaux l’accompagne, vraie

Et bonne voix d’anges :

Avec les grands mouvements des sapinaies

Quand plusieurs vents plongent.
Tout roule avec des mystères révoltants

De campagnes d’anciens temps ;

De donjons visités, de parcs importants :

C’est en ces bords qu’on entend

Les passions mortes des chevaliers errants :

Mais que salubre est le vent !
Que le piéton regarde à ces claires-voies :

Il ira plus courageux.

Soldats des forêts que le Seigneur envoie,

Chers corbeaux délicieux !

Faites fuir d’ici le paysan matois

Qui trinqué d’un moignon vieux.

Évaluations et critiques :

La Rivière de Cassis
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre interprétation de ce poème et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x