Si mille oeillets, si mille liz j’embrasse

Si mille oeillets, si mille liz j’embrasse,

Entortillant mes bras tout à l’entour,

Plus fort qu’un cep, qui d’un amoureux tour

La branche aimée, en mille plis enlasse :
Si le soucy ne jaunist plus ma face,

Si le plaisir fait en moy son le jour,

Si j’aime mieux les Ombres que le jour ,

Songe divin, ce bien vient de ta grace.
Suyvant ton vol je volerois aux cieux :

Mais son portrait qui me trompe les yeux,

Fraude tousjours ma joye entre-rompue.
Puis tu me fuis au milieu de mon bien,

Comme un éclair qui se finist en rien,

Ou comme au vent s’évanouyt la nuë.

Évaluations et critiques :

Si mille oeillets, si mille liz j’embrasse
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre interprétation de ce poème et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x