Qui que tu sois, bien grand et bien heureux sans doute…

Qui que tu sois, bien grand et bien heureux sans doute,

Puisque Deheins en parle, et qu’il t’estime tant,

Vois la troupe des Sœurs qui se dispose toute

A courre avecque toi sur l’empire flottant.
Thétis ne frappera ta nef qu’en la flattant,

Tu choisiras les vents, et la céleste voûte,

De tous ses feux joyeux sur ton chef éclatant,

Caressera tes yeux et guidera ta route.
Quelque terre inconnue où tu viendras à bord,

Tes vers connus partout seront ton passeport.

Mais non, ne les prends pas avecque toi dans l’onde:
Le Soleil, qui ne vit jamais rien de si beau,

Enchanté, parmi nous s’amuserait dans l’eau,

Et d’une longue nuit aveuglerait le monde.

Évaluations et critiques :

Qui que tu sois, bien grand et bien heureux sans doute…
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre poésie avec le monde! Quelle est votre opinion sur ce poème?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x