Si l’aveugle fureur, qui cause les batailles

Si l’aveugle fureur, qui cause les batailles,

Des pareils animaux n’a les coeurs allumés,

Soit ceux qui vont courant ou soit les emplumés,

Ceux-là qui vont rampant ou les armés d’écailles :
Quelle ardente Erinnys de ses rouges tenailles

Vous pincetait les coeurs de rage envenimés,

Quand si cruellement l’un sur l’autre animés

Vous détrempiez le fer en vos propres entrailles ?
Etait-ce point, Romains, votre cruel destin,

Ou quelque vieux péché qui d’un discord mutin

Exerçait contre vous sa vengeance éternelle ?
Ne permettant des dieux le juste jugement,

Vos murs ensanglantés par la main fraternelle

Se pouvoir assurer d’un ferme fondement.

Évaluations et critiques :

Si l’aveugle fureur, qui cause les batailles
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez être un poète ? Alors, commentez ce poème et dites-nous ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x