Des roses de Lormont la rose la plus belle,

Georgina, près des flots nous souriait un soir :

L’orage, dans la nuit, la toucha de son aile,

Et l’Aurore passa triste, sans la revoir !
Pure comme une fleur, de sa fragile vie

Elle n’a respiré que les plus beaux printemps.

On la pleure, on lui porte envie :

Elle aurait vu l’hiver ; c’est vivre trop de temps !

Évaluations et critiques :

Regret
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des choses à dire sur ce poème? Partagez-les! Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x