Le monde attend un nouveau Dieu.

Joseph de Maistre.

Je m’adresse à tout l’Univers,

Après David, le roi psalmiste.

Oui, Madame, en ces quelques vers,

Je m’adresse à tout l’Univers.

Sur les continents et les mers,

Si tant est qu’un athée existe,

C’est moi, dis-je, à tout l’Univers,

Après David, le roi psalmiste.
Je me fous bien de tous vos dieux,

Ils sont jolis, s’ils vous ressemblent,

Et bons à foutre dans les lieux.

Je me fous bien de tous vos dieux,

Je me fous même du bon vieux,

L’unique, devant qui tous tremblent ;

Je me fous bien de tous vos dieux,

Ils sont jolis, s’ils vous ressemblent.
Je ris du Dieu des bonnes gens,

S’il en est encor par le monde ;

Avec les gens intelligents.

Je ris du Dieu des bonnes gens.

Sacré Dieu ! quels airs indulgents !

Quel gros cul, quelle panse ronde !

Mais… pour les seules bonnes gens,

S’il en est encor par le monde.
Je me fous aussi de celui

Des grands philosophes, très drôles,

Qui parfois se prennent pour lui.

Je me fous aussi de celui

Dont l’incommensurable ennui

Voudrait peser sur nos épaules.

Je me fous aussi de celui

Des grands philosophes, très drôles.
Je plains fort, vous entendez bien,

Tout homme qui dit : Dieu, sur terre,

Indou, musulman ou chrétien,

Je le plains, vous entendez bien ;

Le déiste aussi, qui n’est rien

Dans l’église ou le phalanstère.

Je plains fort, vous entendez bien,

Tout homme qui dit : Dieu sur terre.
Je suis comme le vieux Blanqui

Je dis aussi : « Ni Dieu ni maître. »

Ni maîtresse… c’est riquiqui.

Je suis comme le vieux Blanqui.

Je me fous de n’importe qui.

Je jette tout par la fenêtre,

Et je me fous bien de Blanqui,

Comme de son « Ni Dieu ni maître. »
Je n’en ai qu’un, mais assez bon

Nom de Dieu ! pour que je l’écule,

Votre vrai Dieu, Dieu sans… rayon.

Je n’en ai qu’un, mais assez bon :

Le monde entier, ce grand capon,

Vit dans la peur de sa férule.

Je n’en ai qu’un mais assez bon

Nom de Dieu ! pour que je l’écule.
L’un ou l’autre mot m’est égal,

Si mon langage est clair, Madame.

Être clair c’est le principal.

L’un ou l’autre mot m’est égal.

Mais l’autre était grossier pas mal,

Et… j’ai le respect de la femme.

L’un ou l’autre mot m’est égal.

Si mon langage est clair, Madame.

Évaluations et critiques :

Athée
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez rejoindre la communauté des poètes? Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x