Tandis qu’à l’argile au flanc vert

Tandis qu’à l’argile au flanc vert,

Dessus ton front haussée,

Perlait le pleur d’une eau glacée,

Les dailleurs, à couvert :
 » Enfant, riait leur voix lointaine,

Voilà temps que tu bois.

Si Monsieur Paul est dans le bois,

Avise à la fontaine.
 » Mais avise aussi de briser

Ta cruche en tournant vite.

Ah, que dirait ta mère. Evite

Son bras. Prends le baiser.  »
… Le temps était couleur de pêche.

Sur le Saleys qui dort

Un oiseau d’émeraude et d’or

Fila comme une flèche.

Évaluations et critiques :

Tandis qu’à l’argile au flanc vert
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x