Il faudrait écrire comme on vit

Il faudrait écrire comme on vit, sans penser, et que se dessine le ciel tel qu’on peut l’apercevoir un matin de neige brûlé par la solitude des toits, qui déchirent les lambeaux des étoiles suspendues à faible hauteur.
Et l’on ne voit rien, l’on n’entend rien de toute cette misère atrocement perdue au déclin de l’indéterminé.
Je me souviens d’une de ces journées toute proche de l’agonie comme ma vie toute proche de l’amour, mais qui jamais ne l’atteint. Et je dessine d’un trait noir et incisif tout ce qui s’y rapporte de cruel et de follement vécu. Je m’étais réveillé tard d’un sommeil léthargique et fidèle, qui ne me laissait rien de son baume d’une grandeur levée sur un monde frénétique et vertigineux. Il ne me laissait rien. Et je repris bientôt le cilice de l’inconsistance et de la dureté des formes. Je souffrais mais, en même temps, j’avais gardé comme  un exposé du délire, et je compris bientôt que le crépuscule s’établissait pour atténuer la fausse lumière. Le mirage entre la veille, le sommeil et le monde en hauteur se désagrégeait dans le ciel de mon cerveau, qui n’apercevait plus rien qu’une extraordinaire confusion de la douleur amnésiée par sa réalité fulgurante.

Évaluations et critiques :

Il faudrait écrire comme on vit
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous êtes un poète créatif ? Alors, partagez votre opinion sur ce poème et faites-nous savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x