L’Hécatombe

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Dans la splendeur dorée et cruelle du soir

Les taureaux, fronts crépus et sanglantes paupières,

Se hâtant lourdement sous les sombres lanières,

Mélancoliquement s’en vont à l’abattoir.
Auprès d’eux, dominant le troupeau du trottoir,

Les beaux bouchers, casqués de vivaces crinières,

S’avancent, déployant de puissantes manières,

Et vont roulant le torse en un lourd nonchaloir.
Sur le tas moutonnant de cornes indomptées

Flottent d’âcres senteurs d’étables, fermentées ;

Et d’épais beuglements montent, confus et sourds.
Et, fils pâle d’un âge, où la force succombe,

Je sens en moi devant la farouche hécatombe

Ressusciter l’orgueil brutal des anciens jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.