Soeur de Phébus charmante

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Soeur de Phébus charmante,

Qui veilles sur les flots, je pleure et je lamente,

Et je me suis meurtri avec mes propres traits.

Qu’avais-je à m’enquérir d’Eros, fils de la terre !

Eros, fils de Vénus, me possède à jamais.
Guidant ta course solitaire,

Lune, tu compatis à mon triste souci.

Ô Lune, je le sais, non, tu n’as pas, vénale,

A Pan barbu livré ta couche virginale,

Mais les feux doux-amers te renflammant aussi

Par les yeux d’un berger dans sa jeunesse tendre,

Sur le mont carien tu as voulu descendre.

De ta douce lueur, ô Phébé, favorise

Ma plaintive chanson qu’emporte au loin la brise,

Et fais que mes soupirs, de l’écho répétés,

Étonnent la frayeur des antres redoutés.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.