Soeur de Phébus charmante

Soeur de Phébus charmante,

Qui veilles sur les flots, je pleure et je lamente,

Et je me suis meurtri avec mes propres traits.

Qu’avais-je à m’enquérir d’Eros, fils de la terre !

Eros, fils de Vénus, me possède à jamais.
Guidant ta course solitaire,

Lune, tu compatis à mon triste souci.

Ô Lune, je le sais, non, tu n’as pas, vénale,

A Pan barbu livré ta couche virginale,

Mais les feux doux-amers te renflammant aussi

Par les yeux d’un berger dans sa jeunesse tendre,

Sur le mont carien tu as voulu descendre.

De ta douce lueur, ô Phébé, favorise

Ma plaintive chanson qu’emporte au loin la brise,

Et fais que mes soupirs, de l’écho répétés,

Étonnent la frayeur des antres redoutés.

Évaluations et critiques :

Soeur de Phébus charmante
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez être un poète ? Alors, commentez ce poème et dites-nous ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x