Arums de Palestine

O ma Maîtresse, je t’apporte,

Funèbres comme un requiem,

Lys noirs sur le front d’une morte,

Les arums de Jérusalem.
Ils éclosent parmi les râles

De l’amour que l’aube détruit,

Et les succubes aux doigts pâles

Ont respiré leur chair de nuit.
Seule, ton âme ténébreuse

Sut les aimer et les choisir,

Etrange et stérile amoureuse

Qui t’abandonnes sans désir.
O ma Maîtresse, je t’apporte,

Funèbres comme un requiem,

Lys noirs sur le front d’une morte,

Les arums de Jérusalem.

Évaluations et critiques :

Arums de Palestine
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez lu ce poème. Votre opinion compte! Laissez-nous savoir ce que vous en pensez.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x