Milibars de l’orage

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

N’apaisons pas le jour et sortons la face nue

face aux pays inconnus qui coupent aux oiseaux leur sifflet

le guet-apens s’ouvre le long d’un bruit de confins de planètes.

Ne fais pas attention aux chenilles qui tissent souple

mais seulement aux millibars qui se plantent dans le mille d’un orage

à délivrer l’espace où se hérissent le coeur des choses et la venue de l’homme
Rêve n’apaisons pas

parmi les clous de chevaux fous

un bruit de larmes qui tâtonne vers l’aile immense des paupières.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.