L’aube de juin

Le dernier rêve s’est enfui,

Une lune sans couleur

Trépasse au fond de la nuit.

Qu’ai-je fait de la douleur?

Le jour nouveau, il a lui !

Vite, levons-nous sans bruit !

Quelle est cette divine odeur?

Le dernier rossignol s’est tu

Turlututu !

Il est cinq heures du matin.

Un ange chante en latin.

Juin pendant que je dormais

S’est mis à la place de mai.

C’est lui qui vient de m’octroyer

Cette rose de pleurs noyée.

La terre a reçu le baptême.

Bonjour, mon beau soleil, je t’aime !

Un peu mouillé mais tout neuf,

Le voici qui sort de son œuf,

Rouge comme un coquelicot.

Cocorico !

Tant de gaîté, tant de rire,

La caille qui tirelire,

Le bœuf et le gros cheval

Qu’on mène chez le maréchal,

Comme un enfant à mon cou

Le baiser du vent sur ma joue,

Tant de clarté, tant de mystère,

Tant de beauté sur la terre,

Tant de gloire dans les cieux,

Que plein de larmes le vieux

Poète reste à quia

Alléluia !

Évaluations et critiques :

L’aube de juin
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez ce que vous ressentez après avoir lu ce poème. Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x