Vers amoureux

Comme en un préau d’hôpital de fous

Le monde anxieux s’empresse et s’agite

Autour de mes yeux, poursuivant au gîte

Le rêve que j’ai quand je pense à vous.
Mais n’en pouvant plus, pourtant, je m’isole

En mes souvenirs. Je ferme les yeux;

Je vous vois passer dans les lointains bleus,

Et j’entends le son de votre parole.
*
Pour moi, je m’ennuie en ces temps railleurs.

Je sais que la terre aussi vous obsède.

Voulez-vous tenter (étant deux on s’aide)

Une évasion vers des cieux meilleurs?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.