Une rose seule, c’est toutes les roses…

Une rose seule, c’est toutes les roses

et celle-ci : l’irremplaçable,

le parfait, le souple vocable

encadré par le texte des choses.
Comment jamais dire sans elle

ce que furent nos espérances,

et les tendres intermittences

dans la partance continuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.