Tes amants et maîtresses

À Janine
On n’inscrit pas d’initiales à la craie

dans la forêt blanche de l’amour.

Un éternel faucheur efface les tableaux noirs des calculateurs

ville de gélatine complaisante aux araignées tu trembles à ma voix

La fumée tient une grande place dans ma vie.

Et quelque tigre féroce a décalqué

sur ma poitrine le reflet de ses yeux jaunes.

Une enceinte de tabac et d’iris

Voilà la forteresse

du tribunal de la

rivière où voltigent

cent poissons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.