Réveil

Si tu savais encor te lever de bonne heure,

On irait jusqu’au bois, où, dans cette eau qui pleure

Poursuivant la rainette, un jour, dans le cresson

Tremblante, tes pieds nus ont leur nacre baignée.

Déjà le rossignol a tari sa chanson ;

L’aube a mis sa rosée aux toiles d’araignée,

Et l’arme du chasseur, avec un faible son,

Perce la brume, au loin, de soleil imprégnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.