Que nous sommes encor heureux et fiers de vivre

Que nous sommes encor heureux et fiers de vivre

Quand le moindre rayon entr’aperçu là-haut

Illumine un instant les pauvres fleurs de givre

Que le gel dur et fin grava sur nos carreaux.
L’élan bondit en nous et l’espoir nous emporte,

Et notre vieux jardin nous apparaît encor

Malgré ses longs chemins jonchés de branches mortes

Vivant et pur et clair et plein de lueurs d’or.
Je ne sais quoi de lumineux et d’intrépide

Se glisse en notre sang et nous réincarnons

L’immense et plein été dans les baisers rapides

Qu’avec ardeur, à corps perdu, nous nous donnons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.