Empreinte

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Choun, Empereur, donnant investiture aux cinq classes de princes, leur confiait des tablettes de jade,
De contours stricts et d’ornements divers : deux colonnes, — un homme au corps droit, — un homme courbé, — des épis, — des joncs.
Mais il en gardait les empreintes. Parfois juxtaposant l’une à l’autre et pressant de sa main, il vérifiait l’authentique investiture.
o
Celui que j’ai fait Noble de mon amitié, Prince du sang de mon cœur fraternel et Censeur à mon secret empire,
Celui-là, n’a-t-il pas reçu le jade : — deux hommes penchés — pour emblème ? Il revient. J’ai gardé l’empreinte. Affrontons la double fidélité.
o
Hélas ! oh hélas ! Les contours ne s’enferment plus ; les coins se heurtent et les creux tintent le vide : est-ce là le dépositaire choisi ? A-t-il perdu la forme de mon âme ?
Plutôt, est-ce mon âme dont la forme a gauchi ?

Victor SEGALEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.