Je me taisais, j’avais fait voeu

Je me taisais, j’avais fait voeu

De ne te jamais reprocher

Ton esprit net, sobre, empêché

De tout élan, de tout aveu ;
Mais ce soir où le ciel d’automne

Effeuille un soleil languissant,

Laisse que ma voix s’abandonne

À trahir les secrets du sang :
— Entends-tu, cher cœur sans tendresse,

Chère âme insensible et têtue,

En ce jour où je te confesse

Ma native et fière tristesse,

Combien de fois je me suis tue?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.