Mon pays

La Ville est dans ma chambre

Ce fauteuil est un port.

Avez-vous vu mes lampes

Mes mâts et mes bateaux ?
Le tabac et les vagues

Chantantes du ciel noir,

Le jeu, le bruit des algues

Aux vitres, mes miroirs,
Tout m’y plaît, m’y agrée :

J’y respire un bon air

Léger comme un beau vers.
Ô ville ravagée

Restez dans ma maison

Qui n’a qu’une saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.