Parti-pris

Je danse au milieu des miracles

Mille soleils peints sur le sol

Mille amis Mille yeux ou monocles

m’illuminent de leurs regards

Pleurs du pétrole sur la route

Sang perdu depuis les hangars
Je saute ainsi d’un jour à l’autre

rond polychrome et plus joli

qu’un paillasson de tir ou l’âtre

quand la flamme est couleur du vent

Vie ô paisible automobile

et le joyeux péril de courant au devant
Je brûlerai du feu des phares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.