La « Henriette ». Yacht français en rade de Montréal

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Charmant petit vaisseau ― naïade ou sirène ―

Si gracieux à voir sur ton ancre affermi,

Orgueil de notre port dont le flot endormi

Reflète en son miroir ta beauté souveraine !
Que ta voile où jamais l’ouragan n’a frémi

Ne s’ouvre qu’à l’effort d’une brise sereine ;

Et que nos vagues n’aient pour ta svelte carène,

Charmant petit vaisseau, que des baisers d’ami !
Va, cours, élance-toi de rivage en rivages ;

Dans nos havres bruyants, sur nos ondes sauvages,

Sur nos grands lacs lointains ou nos fleuves déserts,
Va promener joyeux ta course vagabonde,

Et puisses-tu longtemps dérouler dans les airs

Les couleurs de la France au vent du nouveau monde !

(1879)

Louis-Honoré FRÉCHETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.