La bouche d’Amaranthe

Beau corail soupirant, ce pourpre qui me flatte

Allaite d’espérance et d’amour mes esprits :

Belle et petite bouche où s’enfante un souris,

Qui semond à baiser votre vive écarlate.
Vos dents riches remparts d’une voix délicate,

Dessus les diamants emporteront le prix :

Si de votre douceur ils sont tant favoris,

Que votre langue veuille être leur avocate.
Vermeillon merveilleux, prison des libertés,

Trésor de l’Orient, blanches égalités,

Ô rempart précieux que j’assauts d’espérance,
Belles dents, petits dés, avec lesquels l’amour

Gagna mes libertés et mon coeur l’autre jour,

Aujourd’hui livrez-moi quelque meilleure chance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.