Villanesque

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

J’ay trop servi de fable au populaire

En vous aymant, trop ingrate maistresse ;

Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.
J’ay trop cherché les moyens de complaire

A vos beaus yeux, causes de ma détresse :

Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.
Il vous falloit me tromper ou m’attraire

Dedans vos lacs d’une plus fine addresse :

Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.
Car la raison commence à se distraire

Du fol amour qui trop cruel m’oppresse :

Suffise vous d’avoir eu ma jeunesse.

Jacques GRÉVIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.