Le Marais

À MON AMI ARMAND E***.

Ainsi près d’un marais on contemple voler

Mille oiseaux peinturés…

AMADIS JAMYN.
En chasse, et chasse heureuse !

ALFRED DE MUSSET.
C’est un marais dont l’eau dormante

Croupit, couverte d’une mante

Par les nénuphars et les joncs :

Chaque bruit sous leurs nappes glauques

Fait au chœur des grenouilles rauques

Exécuter mille plongeons ;
La bécassine noire et grise

Y vole quand souffle la bise

De novembre aux matins glacés ;

Souvent, du haut des sombres nues,

Pluviers, vanneaux, courlis et grues

Y tombent, d’un long vol lassés.
Sous les lentilles d’eau qui rampent,

Les canards sauvages y trempent

Leurs cous de saphir glacés d’or ;

La sarcelle a l’aube s’y baigne,

Et, quand le crépuscule règne,

S’y pose entre deux joncs, et dort.
La cigogne dont le bec claque,

L’œil tourné vers le ciel opaque,

Attend là l’instant du départ,

Et le héron aux jambes grêles,

Lustrant les plumes de ses ailes,

Y traîne sa vie à l’écart.
Ami, quand la brume d’automne

Étend son voile monotone

Sur le front obscurci des cieux,

Quand à la ville tout sommeille

Et qu’à peine le jour s’éveille

À l’horizon silencieux,
Toi dont le plomb à l’hirondelle

Toujours porte une mort fidèle,

Toi qui jamais à trente pas

N’as manqué le lièvre rapide,

Ami, toi, chasseur intrépide,

Qu’un long chemin n’arrête pas,
Avec Rasko, ton chien, qui saute

À ta suite dans l’herbe haute,

Avec ton bon fusil bronzé,

Ta blouse et tout ton équipage,

Viens t’y cacher près du rivage,

Derrière un tronc d’arbre brisé.
Ta chasse sera meurtrière ;

Aux mailles de ta carnassière

Bien des pieds d’oiseaux passeront,

Et tu reviendras de bonne heure,

Avant le soir, en ta demeure,

La joie au cœur, l’orgueil au front.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.