Bardes et Cordes

Le roi mort, les vingt et un coups de la bombarde

Tonnent, signal de deuil, place de la Concorde.
Silence, joyeux luth, et viole et guimbarde :

Tendons sur le cercueil la plus macabre corde
Pour accompagner l’hymne éructé par le barde :

Le ciel veut l’oraison funèbre pour exorde.
L’encens vainc le fumet des ortolans que barde

La maritorne, enfant butorde non moins qu’orde.
Aux barrières du Louvre elle dormait, la garde :

Les palais sont de grands ports où la nuit aborde ;
Corse, kamoulcke, kurde, iroquoise et lombarde

Le catafalque est ceint de la jobarde horde.
Sa veille n’eût point fait camuse la camarde :

Il faut qu’un rictus torde et qu’une bouche morde.
La lame ou la dent tranche autant que le plomb arde :

Poudre aux moineaux, canons place de la Concorde.
Arme blême, le dail ne craint point l’espingarde :

Tonne, signal de deuil ; vibre, macabre corde.
Les Suisses du pavé heurtent la hallebarde :

Seigneur, prends le défunt en ta miséricorde.
1903

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.