Vous qui retournez du Cathai

Vous qui retournez du Cathai

Par les Messageries,

Quand vous berçaient à leurs féeries

L’opium ou le thé,
Dans un palais d’aventurine

Où se mourait le jour,

Avez-vous vu Boudroulboudour,

Princesse de la Chine,
Plus blanche en son pantalon noir

Que nacre sous l’écaille ?

Au clair de lune, Jean Chicaille,

Vous est-il venu voir,
En pleurant comme l’asphodèle

Aux îles d’Ouac-Wac,

Et jurer de coudre en un sac

Son épouse infidèle,
Mais telle qu’à travers le vent

Des mers sur le rivage

S’envole et brille un paon sauvage

Dans le soleil levant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.